Aller au contenu

Adhérents

Hommage à Guy Claudey grand ambassadeur du Beaujolais.       

C’est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre la disparition de Guy Claudey, fin connaisseur et grand ambassadeur du Beaujolais. Après un début de carrière au service de l’aide à la jeunesse, il choisit de se consacrer à la recherche historique sur la région. Dès 1981, l’association Centre d’Education Populaire, transformée trois ans plus tard en service municipal des Arts et Traditions Populaires initie une première ébauche de recherche, de compilation et de conservation d’archives sur Villefranche et le Beaujolais au service de la population. De nombreuses publications, expositions et conférences préfigurent la création en janvier 1999, de concert avec la volonté du maire Jean-Jacques Pignard, de la Maison du Patrimoine de Villefranche logée dans le cœur historique de la cité. Le bâtiment, accessible librement au public, est divisé en trois espaces : salles des expositions temporaires, centre de documentation et Musée des Conscrits.

Parallèlement, il s’investit dans sa commune d’adoption, le Bois d’Oingt, où il est conseiller municipal et où il crée l’association Mémoires des Pierres Dorées en Beaujolais qui publie des études historiques, organise des expositions et des conférences. Guy Claudey était considéré, à juste titre, comme le grand spécialiste de l’histoire du Beaujolais des Pierres Dorées mais aussi de son sous-sol. En effet, sa passion pour la spéléologie le poussait à explorer inlassablement  les nombreuses morguières, mines, grottes et autres cavités de la région.

Mais le nom de Guy Claudey restera avant tout associé à celui de Victor Vermorel, le célèbre industriel caladois. Il avait su tisser depuis les années 1980 des relations étroites avec madame Edouard Vermorel, madame Suzanne Auboin puis avec monsieur Olivier Auboin Vermorel qui lui donnèrent toute leur confiance pour consulter, étudier, et conserver les archives de la famille et de l’entreprise. Suivront plusieurs publications et conférences sur le sujet à l’Académie de Villefranche dont il fut  membre de nombreuses années. C’est dans le même cadre qu’il sera l’initiateur et le principal contributeur en 2016 du colloque organisé par l’Académie autour de la personnalité et l’œuvre de Victor Vermorel. Son opiniâtreté et son dévouement à cette cause aboutiront en 2007 à la donation faite par M. Auboin Vermorel de la propriété familiale à la ville de Villefranche.

Christelle Del Campo et Philippe Branche

Hommage à Pierre Faure rentré à l’Académie en 1964

Pierre FAURE nous a quittés en cette fin d’année 2022. Venu de son Ardèche natale, il rejoint La Calade pour occuper le poste de Directeur à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Villefranche et du Beaujolais, poste qu’il occupera durant 29 années de 1957 à 1986. Outre sa mission commerciale et industrielle au sein de la CCI, Pierre FAURE parcourt ce territoire beaujolais, en découvre ses limites, son histoire et son originalité. Aux côtés de son épouse Régine, secrétaire administrative auprès du Sous-Préfet CAUSERET, ils vont se consacrer plus particulièrement à la région des Pierres Dorées ; ils en sont les acteurs dynamiques en œuvrant au sein du syndicat du même nom et plus tard Régine en tant que Présidente de l’Office de tourisme. Par leur action, le village d’Oingt va renaître et devenir le fleuron du Rhône en obtenant le titre de « plus beau village de France ». Pierre devient membre associé de l’Académie de Villefranche et du Beaujolais, puis est coopté et admis comme titulaire en son sein. Élu au Comité, il s’occupera, plus spécialement de la programmation des conférences mensuelles, charge qu’il quittera en 2014, année où le comité lui confère le titre d’académicien Émérite.

Á l’Académie, Pierre FAURE donnera plusieurs conférences, fruit de ses recherches dont les trois dernières avaient pour sujet : « Les jumelages dans le Beaujolais » en 2010 ; « Impiétés et paillardises dans le Beaujolais du Moyen Âge » en 2012 et « Flavius Josèphe-Sylvestre II et la Grande Guerre » en 2014.

 « Nihil magno et praeclaro viro dignius placabilitate et clementia »  Cicéron

« Rien n’est plus digne d’une âme grande et noble que la bonté et la douceur »

Crédit photo Agglomération de Villefranche